Méthode

Des résultats encourageants

depuis le départ de l’étude, nous avons étudié plus de 100 cas  sur les chevaux ayant des perturbations émotionnelles.
Ces résultats nous invitent à élargir notre étude pour en compléter la compréhension.

Processus :
La personne responsable de l’animal doit bien connaitre la perturbation de l’animal, la situation dans laquelle le problème apparait.

  1. Nous redéfinissons ensemble les conditions de perturbation de l’animal.
  2. Nous recréons volontairement la situation perturbante pour l’animal.
  3. Nous devons repérer avec précision quand le stress apparait, instant manifestement propice à sa résolution. En général l’animal se bloque à ce moment là.
  4. En maintenant l’animal dans cet espace, on constate une désensibilisation automatique pourvu qu’on lui laisse quelques minutes (3 min maximum)
  5. Au bout de ce temps, l’animal manifeste des signes de désintérêt ou de détente.
  6. Pour valider la désactivation, nous le confrontons à la situation stressante de départ.


Observations : nous supposons donc que l’animal possède et utilise ordinairement, naturellement cette capacité à désactiver ses peurs, à deux conditions :
    – qu’on lui en laisse le temps sans intervenir de quelque manière que ce soit.(Caresses, paroles rassurantes…)
    – qu’il n’y ait qu’une source de stress à la fois.

Pour valider notre processus de désactivation, il reste à l’appliquer largement.
Ces expérimentations se feront en toute transparence et en partenariat avec les propriétaires, responsables de centres équestres, vétérinaires, dresseurs, éleveurs, ostéopathes, etc…